La Nouvelle production d’Art FabriC: J’me sens pas belle une comédie avec Pauline Cousty et Alexander Devrient

Image

 

 

Nous sommes très heureux de vous présenter notre nouvelle production. 

J’me sens pas belle est une comédie écrite et réalisée par Bernard Jeanjean, d’abord un film avec Marina Fois et Julien Boisselier sortie sur les écrans français en 2002. Le film a été adapté au théâtre en 2008 .

Emilie Perraudeau a eu un vrai coup de coeur pour cette histoire de trentenaire célibataire, elle a donc décidé de présenter la pièce au public Londonien.

Pauline Cousty est Fanny, trentenaire et célibataire, qui invite son collègue Paul (Alexander Devrient) à diner afin de le remercier de son coup de pouce sur un dossier. Elle mettra tout en oeuvre pour qu’il succombe à son charme. Paul résistera t’il?

Venez découvrir cette belle histoire les Dimanches et les Lundis  du 11 au 26 Mai 2014 au Drayton Arms Theatre. 

Nous avons lancé un fundraising afin de nous aider à monter le projet. Monter un pièce de théâtre engendre des frais, comme la location de la salle, le salaire des comédiens et de l’équipe créative, le décors, les costumes, etc… Un petit coup de pièce est toujours le bienvenue!

https://www.indiegogo.com/projects/j-me-sens-pas-belle-french-play-in-london/x/3363060

Vous pouvez dès maintenant prendre votre place!

http://www.thedraytonarmstheatre.co.uk/theatre-home/event-list/eventdetail/3364/126|160|159|153|63|98|100|158|161|111|11|167/j-me-sens-pas-belle

On vous laisse avec le teaser et on espère vous voir très nombreux en Mai chez Fanny pour un diner dont vous vous souviendrez! 

J’me sens pas belle au Drayton Arms Londres, métro Gloucester Road

Une comédie de Bernard Jeanjean

Mise en scène Emilie Perraudeau assistée de Julie Bodart

Avec Pauline Cousty et Alexander Devrient

Production The Art FabriC

Entrées £12 , £10 concessions.

http://www.youtube.com/watch?v=EO378EPWquk 

 

 

Little Black Book, une fenetre ouverte sur un appartement Parisien, un moment hors du temps ****

LBBmainnew

Une petite table dans un coin, des miroirs aux murs, un lit encore marqué des corps qui viennent de se lever… Nous sommes dans un appartement Parisien. Jean Jacques va et vient dans sa garçonnière du 5ème etage. Alors qu’il prepare son petit dejeuner, une jeune femme, Susanne, s’introduit dans l’appartement, une valise dans une main, des magazines dans l’autre. Elle cherche un certain Monsieur Ferrand, il lui demande de partir, elle va rester 3 jours.

Un lien indescriptible et étrange les unis. Serait-ce ce petit carnet noir que possède Jean Jacques?

Ecrit par jean Claude Carrière, Little Black Book c’est la mise en situation de la relation Homme-Femme racontée avec beauté et absurdité. Comme une certain realité des histoires universelles de la rencotnre amoureuse. Simple et compliquée, menteuse et sincère, sacrifice et égoisme…
Kath Fahy, la metteur en scène, nous présente une pièce drole et prenante à la fois. Meme si on reconnait un regard exterieur et ambellit de la vie parisienne on s’amuse a decouvrir des clins d’oeil aux films de la Nouvelle Vague. On pense beaucoup à A Bout de Souffle de Jean Luc Godard, à cette intimitée du couple amplifiée par la proximité qu’apporte ce lieu, la chambre à coucher, symbole fort du couple.

Little Black Book c’est un petit tableau qu’on aimerait accrocher près de son lit, une carte postale qui nous sert de marque page, un souvenir qui reste en mémoire…
Jenny Rainsford et Gerald Kyd sont formidables par leur simplicité et leur complicité.

LBBInline

Pendant 1h20, on oublie que l’on se trouve au Park Theatre. On se sent comme un soir d’hiver dans une rame de la ligne 6, a observer la vie des gens par la fenetre de leurs appartements. On epie, on regarde, on se sent comme un voyeur mais un voyeur enchanté par ces histoires qui defilent. D’ailleurs c’est ce qu’instaure Kath Fahy en faisant du 4eme mur, une fenetre et en jouant sur les perspectives avec les different miroirs du décor.

Dépechez vous, Little Black Book c’est jusqu’au 19 Janvier seulement!

Park Theatre
Metro Finsbury Park
http://parktheatre.co.uk/whats-on/little-black-book/about

Du Mardi au Samedi 19h45
Samedi et Dimanche 15h15
Tuesday – Saturday evenings 19.45
Saturday & Sunday matinees 15.15
Tarif plein £19.50
Concessions £16
£12 Mardi pour N4 residents et moins de 25 ans

Anatomia Publica (Au Barbican du 21 au 25 Janvier), un Spectacle tranchant à découvrir lors du Mime Festival (Londres)

Aujourd’hui c’est Tomeo Vergès le fondateur de Man Drake et le metteur en scène d’Anatomia Publica (Au Barbican du 21 au 25 Janvier) qui nous ouvre les portes de ce conte visuel, étrange et fascinant.
Fils de boucher il a toujours été fasciné par la relation à la chair, et par l’aspect de repulsion et d’attirance qu’apporte le travail de la viande.

man-drake-2014

1/ Pouvez vous nous présenter votre spectacle?

Avec Anatomia Publica, il ne s’agit pas d’aller chercher ce qui se trouve à l’intérieur d’un corps, mais de dévoiler ce qui se trame en dessous de la surface apparente de nos actes. Comme le scalpel ouvre les chairs et donne à voir les viscères, la déconstruction et la décomposition de la gestuelle du corps révèlent les strates qui composent une action.

Nourri d’éléments autobiographiques et inspiré des films du cinéaste Martin Arnold, faits de pannes, de soubresauts, de courts-circuits, Anatomia Publica est un travail sur la décomposition du geste.
Les corps des danseurs entrent dans un mouvement saccadé, flux continu de ruptures nerveuses, ils semblent hystériques, compulsifs, maniaques, ils bégaient, ont des tics, puis soudainement se figent, immobiles. Les interprètes se trouvent prisonniers virtuels d’un espace dans lequel le temps réel, marqué par une horloge, fait un contrepoint au temps dilaté et diffracté provoqué par leur rythme.
Pièce d’horlogerie et conte hystérique, Anatomia Publica interroge les mécanismes qui agissent sur notre inconscient. Un vaudeville expérimental où se côtoient étrangeté, humour et cruauté.

man-drake-2014-01

2/ En quoi est il important de participer au London International Mime festival?

C’est l’opportunité de présenter notre travail sur plusieurs jours à un public anglais, aux professionnels de la région aussi. Le London International Mime Festival correspond tout à fait à notre travail, qui se situe du côté du physical theatre.

3/ Quelle est la particularité de votre art?

Aujourd’hui, il est très difficile de définir ce qu’est la danse contemporaine, beaucoup de spectacles côtoient le théâtre, le cinéma, la vidéo, les arts plastiques… avec des danseurs qui parlent ou qui ne dansent pas. Notre travail se situe entre la danse, le théâtre et les arts plastiques mais le point de départ est toujours le corps. Irène Filiberti le décrit comme « Une danse crue, nerveuse, énigmatique et scandée par les souterraines pulsions de l’homme. Un théâtre de l’espace et des matières, ou plutôt des objets, qui s’éprouvent et souvent sont détournés de leur fonction première. Un monde fantastique qui flirte avec le théâtre et l’humour. »

4/ Pouvez vous nous en dire plus sur votre processus de création ?

Pour la préparation d’un nouveau travail, l’équipe artistique se réunit pendant une semaine, j’expose la thématique à explorer, nous regardons des photos, nous visionnons des films. Cela suscite des questions, des échanges entre nous. Puis chacun repart dans sa vie et prend des notes sur tout ce qui peut nourrir le travail. Après un certain temps, quand on se retrouve à nouveau, chacun arrive avec son matériau et on commence à travailler sur la base de l’improvisation.

Pour Anatomia Publica par exemple, nous avons vu les films du cinéaste expérimental Marin Arnold et nous avons travaillé sur la décomposition du mouvement. La forme finale du spectacle apparaît petit à petit mais reste en mouvement jusqu’à la dernière représentation.

man-drake-2014-02

Anatomia Publica par Man Drake c’est au Barbican du 21 au 25 Janvier 2014
£16
http://www.mimelondon.com/man-drake2014.html

London International Mime Festival c’est now! Interview des artistes de CRU au Southbank Center

Le London International Mime Festival regroupe plusieurs compagnies venues du monde entier. Si ils parlent des langues différentes , ce sera leurs corps qui parleront à leur place. Pendant presque un mois, venez decouvrir des mondes merveilleux et étranges, poétiques et absurdes, qui reveilleront l’enfant qui est en vous.
Le Barbican, Jackson Lane, Leicester Square Theatre, Platform Theatre, Royal Opera House et le Southbank Center accueillent ce Festival que le monde nous envie!
Nous avons eu la chance de poser des questions à plusieurs compagnies presentent lors du Festival. Découvrez leurs secrets et les coulisses de leurs créations!

Aujourd’hui les artistes Marta Torrents et Pau Portabella, de la compagnie Fet a Mà, nous parlent de leur creation “CRU” qui se jouera du 20 au 22 Janvier au Southbank Center. Ils presentent un spectacle multi disciplinaire, mélange poétique de cirque acrobatique. Découvez un univers magique qui sera vous émouvoir.

fetama-2014-04

1/ Pouvez vous nous présenter votre spectacle?

CRU est un voyage au cœur des relations fantastiques entre masculin et féminin… Les désirs et les tempêtes de l’être humain. C’est une pièce d’une telle intensité qu’elle nous donne l’impression d’être face à un secret, laissant apparaître les replis de l’âme humaine. Un poème écrit et raconté par les corps qui s’attirent, se repoussent, se tordent, se disloquent, se redressent, s’abandonnent…L’engagement physique est total et la prouesse technique au service d’une insolente liberté.

2/ En quoi est il important de participer au London International Mime festival?

Nous sommes très heureux de jouer notre première de CRUau Royaume-Uni lors duMIME Festival, avec une série de trois représentations. De nombreux professionnels vous pouvoir voir CRU, c’est une très belle opportunité, une très belle vitrine pour notre spectacle.

3/ Quelle est la particularité de votre art?

Nous travaillons la technique et la dramaturgie de manière particulière: il est primordial pour nous de faire passer des messages, des sensations physiques à travers la scène. Plus que de divertir, nous cherchons à questionner, sans forcément apporter de réponses. Dans notre spectacle CRU, nous avons orienté notre recherche sur l’humain, l’amour, les angoisses, la folie….et toutes les émotions en lien avec le rapport à l’autre. Le travail du corps et des émotions sur scène est la base de notre recherche technique. La technique circassiene n’est plus une technique spectaculaire mais le résultat d’une dramaturgie corporelle.Le corps, avant tout, a son propre langage et permet d’exprimer des états mieux que les mots pourraient le faire. C’est pour cela que nous nommons notre langage corporel comme « thêatre gestuel et portés dramatiques ». Nous aimons explorer les limites de nos corps, de nos sentiments, de nos blocages, et toutes ces choses que nos corps dévoilent, nos corps mais aussi ceux de tout le monde. Notre particularité, c’ est peut-être être aussi que nous sommes généreux, sincères, présents , et humbles sur scène !

fetama-2014

4/ Pouvez vous nous en dire plus sur votre processus de création ? Comment se déroule votre journée de travail?

Nous avons a passé deux années à écrire, rechercher et et créer CRU, les journées de travail pendant la période de création varient beaucoup. Une journée de travail de recherche technique n’est pas de tout la même qu’une journée de dramaturgie !!!!
En tout cas, la journée où nous jouons CRU, nous restons tranquilles pour garder une belle energie pour CRU. Nous nous retrouvons dans le théâtre quatre heures avant la représentation pour pouvoir s’étirer et réveiller nos corps avec douceur. Nous nous échauffons d’abord individuellement, chacun connaissant ses points sensibles pour protéger son corps et éviter les blessures. Puis, on enchaîne avec un échauffement ensemble, pour se mettre dans la même énergie, le même tempo. Parfois, nous travaillons des mouvements très précis du spectacle. Puis, chacun va mettre son costume, se maquiller et faire ses petits rituels. Juste avant de jouer, avec notre régisseur, nous poussons cri pour faire monter l’énergie!!!!!On adore le moment, juste avant que le public rentre dans la salle, on se regarde tous les deux et il y a tellement un sentiment de confiance et de force entre nous… C’est trop dur à décrire il faudrait que l’on puisse bouger pour l’exprimer !!!

CRU au Southbank Center du 20 au 22 Janvier 2014.
£17
http://www.mimelondon.com/fet-a-ma2014.html

fetama-2014-01

Don Jon, un film osé! ****

J’avais découvert Joseph Gordon Levitt dans 500 days of Summer, un peu comme tout le monde il m’a charmée dans sa quête de la perfection amoureuse. Il faut dire qu’il jouait aux côtés d’une de mes chouchoutes Zoe Deschannel. A eux deux, ils me rendaient heureuse et nostalgique. Un beau mélange d’émotion rare au cinéma.

Lorsque j’ai appris qu’il sortait un nouveau film et qu’en plus il l’avait écrit, produit (Hit Record c’est sa boite) et réalisé, il était évident que je ne pouvais pas le louper.

Don Jon c’est un type, un peu beauf qui aime ses potes, sa voiture, sa famille, son église,sa gym, ses bimbos et surtout les pornos. Et oui Jon est un addict des petits films X que l’on trouve sur le net. Il a beau avoir une femme dans son lit, il ne peut pas s’empêcher d’allumer son Mac et de prendre du plaisir devant un porno. Mais pour le salut son âme, il se confesse tous les dimanches (ouf tout va bien!).
(En écrivant ces quelques mots je me dis que je vais avoir sûrement plus de visites que d’habitude, merci les mots X et porno 😉 )

donjon

Mais attention détrompez vous, Don Jon n’est PAS un film x (et là je perds plus de la moitié des visiteurs)! Loin de là! Si notre protagoniste nous parle de son addiction et nous montre quelques extraits en pseudo images subliminales c’est pour nous faire rire et surtout nous attendrir. Parce que notre Don Jon est juste un type un peu plus musclé que la moyenne mais qui finalement ressemble à Monsieur Tout le monde. (et même à Madame Tout le monde).
Parce que oui les amis, nous cherchons TOUS la perfection, le good match dans une relation. Pourquoi si la fille est jolie, sexy (bonne quoi), pourquoi au lit ça ne se passe pas comme dans un porno?

Voilà ce que se pose comme question Don Jon lorsqu’il sort avec la sublime Scarlett Johnson (parfaite caricature de la barbie!), jusqu’au jour où… (Je ne vous raconte pas tout quand même!)

Don Jon c’est un film sur la sincérité et la recherche d’une relation saine et partagée.

don-jon07

Un énorme chapeau aux acteurs (Tony Danza en père dur et macho, loin de son rôle de Tony dans Madame est servie m’a bluffé, Scarlett Johnson toujours aussi belle même en bimbo, Julianne Moore touchante et si juste), et surtout à Joseph Gordon Levitt qui nous présente un conte moderne subtil et touchant.

Allez voir Don Jon vous ne serez pas déçu!

Sortir de sa zone de confort c’est …inconfortable!

Imaginons que vous ayez porté la même paire de chaussures pendant 5 ans, pendant 5 ans vous n’en avait pas changé. Au début, elle faisait un peu mal, surtout au bout des pieds, puis, bien vite elle est devenue aussi confortable que la paire de charentaises de votre Papi Pierrot.
Et puis un an passe puis deux, et ces chaussures si confortables commencent à vous lasser, vous aimeriez bien en avoir une nouvelle paire! Peut être des baskets plus colorées? Mais est ce vraiment votre truc les baskets colorées? Vous hésitez et essayez quand même une paire mais sans vraiment passer le cap d’en acheter une, une que vous garderez aux pieds. Vous pesez le pour et le contre. Est ce qu’elles seront aussi confortables que votre vieille paire de charentaises? Est ce que vous serez assumer ces couleurs flashy?

Ces réflexions dureront plusieurs années encore jusqu’au jour où, en plus de l’avis général qui est plutôt positif sur le fait que vous portez très bien la basket colorée, vous saurez! Vous saurez que si vous n’essayer pas de porter longtemps ces baskets colorées vous ne saurez pas vraiment si elles sont confortables! Au pire vous achèterez une nouvelle paire de charentaises!

Un beau matin d’été vous dites donc au revoir à votre vieille et fidèle paire de charentaises, et après avoir mis vos tongs pendant une belle semaine de répit, vous enfiler avec peur et appréhension votre nouvelle paire de baskets colorées.

Au début, elles font mal, vous ne les supportez pas beaucoup. Vous préférez rester en tongs, vous avez tellement mis vos charentaises que vous vous dites que vous méritez bien de porter vos tongs un peu plus longtemps. Bin quoi?
Puis il est temps de les faire ces baskets! C’est pas tout ça mais elles doivent voir du pays, rester dans un placard à chaussures toute la journée ce n’est vraiment pas marrant!
Mais elles font mal aux pieds, on souffre, on perd courage qu’un jour elles nous aillent, qu’elles deviennent aussi confortables que les charentaises, qu’elles deviennent le prolongement de nos petits petons. Comment faire? Souvent on est allé à un endroit qu’elles n’ont pas aimé. Elles sont rentrées abimés et moins belles. Du coup, on ne voulait plus les sortir, on les laisse dans un coin en attendant qu’elles aillent mieux…

basket

Nos pieds sont meurtris, on prend soin d’eux. Ils ne veulent plus sortir, on peut les comprendre, si marcher veut dire avoir mal, ils préfèrent rester à la maison!

On sort donc petit à petit par peur d’aller trop vite, de se faire mal. On se dit qu’un jour les baskets se feront à nos pieds ou plutôt nos pieds se feront à ces baskets bien colorées.

Et bien voilà, en ce moment je suis comme ces pieds, j’ai peur de ces nouvelles baskets. Quitter son boulot après 5 ans pour vivre de sa passion ce n’est pas facile mais j’imagine qu’on s’y fait. Mais d’abord, on passe par tellement de phases difficiles et différentes. C’est un chemin que personne ne peut prendre à notre place et que seul nous devons parcourir.

C’était donc la soirée de la métaphore 🙂

Le plus important c’est de retrouver confiance (ce qui peut être long à venir 😉 ), sortir de sa zone de confort ce n’est pas une chose facile mais c’est en dehors de cette zone qu’on se retrouve!

adventurous

Le Ciné Lumière présente en Octobre et Novembre

Le ciné Lumière, le très célèbre cinéma de L’Institut Français nous régale toujours de part ses nombreux films à l’affiche! Voici ce qu’on peut y trouver en Octobre et Novembre.

En ce moment et c’est nouveau: (pour les horaires clique sur le lien en haut)

Like Father Like Son
Soshite chichi ni naru
Japan | 2013 | col | 120 mins | dir. Hirokazu Koreeda, with Masaharu Fukuyama, Machiko Ono, Yôko Maki cert. tbc | in Japanese with English subtitles
Would you choose your natural son, or the son you believed was yours after spending 6 years together? Koreeda Hirokazu, the globally acclaimed director of Nobody Knows, Still Walking and I Wish, returns to the big screen with a heart-rending exploration of the meaning of parenthood. Ryota believes nothing can stop him from pursuing his perfect life as a winner. When he receives
a phone call from the hospital where his son was born, he is forced to make a life-changing decision. Seeing his wife’s devotion to Keita, their 6-year-old son, even after learning his origin, Ryota also starts to question himself: has he really been a ‘father’ all these years?

Un nouveau Julie Delpy:
Skylab
France | 2011 | col | 113 mins | dir. Julie Delpy, with Julie Delpy, Noémie Lvovsky, Bernadette Lafont | cert. 15 | in French with English subtitles
Oscar-nominated for co-writing Before Sunset, Julie Delpy writes, directs and stars in a sweetly autobiographical and fearlessly bawdy comedy about a family’s boozy get-together in Normandy. It’s the summer of 1979. High above the earth, the space station Skylab is out of control. And somewhere in Brittany, so is Albertine, a precocious eleven-year-old making her transition into teenage life and love while her extended family drinks, dances, fondles and fights all around her. This award-winning comedy
– part Wes Anderson, part Truffaut – is like a miniature French summer holiday in the dark of a London autumn.

ça faisait longtemps que n’avons pas vu Balasko et Blanc ensemble sur grand écran:
Nénette
Demi-soeur
France | 2013 | col | 90 mins | dir. Josiane Balasko, with Michel Blanc, Josiane Balasko, Brigitte Roüan | cert. tbc in French with English subtitles
Josiane Balasko’s latest film, in which she reunites with Michel Blanc, is a touching portrait of familial bonds, and features stunning central performances. Nénette (Josiane Balasko) is a little girl aged 60. A problem at birth made her different. Nénette has a mental age of eight, and has always lived with her mother, who raised her alone. She has a job as a cleaner in the village school, and her best friend is a tortoise. But when her mother dies, everything changes, and Nénette has to go into a retirement home. The home doesn’t allow pets so Nénette heads off with her suitcase and her tortoise to look for her father. When Nénette finally arrives at the address, she discovers a pharmacy, and not her father but her father’s son, Paul Bérard (Michel Blanc), an uptight pharmacist who is thrown into a panic by the arrival of his half-sister.
Jury Prize, Cannes Festival 2013

Une Louise Bourgoin bien loin de sa Miss Météo de Canal:
The Nun
La Religieuse
France | 2013 | col | 103 mins | dir. Guillaume Nicloux, with Pauline Etienne, Isabelle Huppert, Louise Bourgoin | cert. tbc | in French with English subtitles
Guillaume Nicloux’s adaptation of Diderot’s classic novel is a visually elegant and engaging period piece with a terrific central performance. It tells the story of a young woman trying to resist imposed religious values, revealing the dehumanizing effect of cloistered life. France, in the 1760s. Born into a bourgeois family, Suzanne is a beautiful young girl with a natural talent for music. She is dismayed when her parents send her off to a convent, expecting her to become a nun. She soon wants to escape the religious path until she meets the new Mother Superior (Isabelle Huppert), who develops an inappropriate affectionate bond with her…

Le controversé, primé à Cannes:

Blue Is the Warmest Colour
La Vie d’Adèle
France | 2013 | col | 179 mins | dir. Abdellatif Kechiche, with Léa Seydoux, Adèle Exarchopoulos, Salim Kechiouche | cert. tbc | in French with English subtitles
Winner of the Palme d’Or at the 2013 Cannes Film Festival, Blue Is the Warmest Colour is a minutely detailed, searingly erotic three-hour study of first lesbian love. At 15, Adele doesn’t question it: girls go out with boys. Her life is changed forever when she meets Emma, a young woman with blue hair, who will allow her to discover desire, to assert herself as a woman and as an adult.
(Novembre et Décembre)

la-vie-d-adele

*En ce moment c’est aussi le London Film Festival dont le Ciné Lumière est partenaire , retrouver des films inédits, des anthologies ou encore de belles découvertes:

La Paz
Argentina | 2013 | col | 73 mins | dir. Santiago Loza, with Lisandro Rodríguez, Andrea Strenitz, Fidelia Batallanos Michel | cert. tbc | in Spanish with English subtitles
Liso has recently been released from a psychiatric clinic. He is vulnerable and insecure, but is trying to adapt to life
back at home. His overbearing mother and his distant father offer one model of family life, while his grandmother and
the family’s Bolivian servant present an alternative vision. Encounters with two ex- girlfriends suggest possible violence and, certainly, unpredictable behaviour, but the film refuses to pass any kind of judgement on Liso. Rather, the focus is on showing this young man trying to make some kind of sense of his life.

The Rooftops
Es-Stouh
France/Algeria | 2013 | col | 92 mins
dir. Merzak Allouache, with Nassima Belmihoub, Ahcene Benzerari | cert. tbc in French with English subtitles
Algerian filmmaker Merzak Allouache continues his creative purple patch with The Rooftops, a vividly drawn portrayal of a day in the life of his native capital city Algiers. Allouache employs an ingenious structure by focusing on five iconic rooftops set across the five different daily Muslim calls to prayer. Setting all the action above the bustling streets allows Allouache to subvert the usual sense of claustrophobia and urban confinement and instead to paint Algeria’s myriad civil tensions against a seemingly clear sky.

En Novembre c’est au tour des films français d’être à l’honneur avec le French Festival:

Attila Marcel
France | 2013 | col | 106 mins | dir. Sylvain Chomet, with Guillaume Gouix, Anne Le Ny, Hélène Vincent, Bernadette Lafont | cert. tbc | in French with English subtitles
This first live action feature from Belleville Rendez-Vous director Sylvain Chomet is a charming comedy full of wry humanism and musical interludes. Guillaume Gouix plays Paul, a sweet man-child who lost his memory
and the ability to speak when he witnessed the death of his parents at a very young age. Now 33, he still lives with his two eccentric aunts..Paul leads a monotonous life until his upstairs neighbour offers him a concoction that unlocks repressed memories. With nods to Buster Keaton and Jacques Tati, Chomet’s graceful feature
is a whimsical comedy about time passing, memories recalled, and the ephemeral beauty of life.

Lola
France | 1961 | col | 85 mins | dir. Jacques Demy, with Anouk Aimée, Marc Michel, Jacques Harden, Alan Scott, Elina Labourdette | cert. 15 | in French with English subtitles | restored print
Jacques Demy’s debut feature is a bittersweet ode to first love and missed opportunities. Beautifully shot by Raoul Coutard (shortly after his work on Breathless) in widescreen and luminous black and white, the film stars a radiant Anouk Aimée, a cabaret-dancer forced to choose between a trio of lovers. Rediscover Demy’s masterpiece in a newly restored version.

Jappeloup
France | 2013 | col | 130 mins | dir. Christian Duguay, with Guillaume Canet, Daniel Auteuil, Marina Hands cert. 12A | in French with English subtitles
Written by and starring Guillaume Canet, this polished period drama is a moving account of the titular French show jumper’s rise from underdog to Olympic champion. Loosely based on Karine Devilder’s non-fiction account Crin Noir, as well as on events from Canet’s own biography, this French Seabiscuit follows the rise to fame of cavalier Pierre Durand and his steed, Jappeloup.

Paulette
France | 2013 | col | 87 mins | dir. Jérôme Enrico, with Carmen Maura, Bernadette Lafont and Dominique Lavanant | cert. 15 | in French with English subtitles
Paulette, played by former Nouvelle Vague muse the late Bernadette Lafont, lives alone in a housing project in the Paris suburbs. She struggles to make ends meet on her meagre pension. Since everyone around her appears to be making easy money by dealing in drugs, she decides to start selling cannabis. By combining her flair for commerce with her skill as a cook, she soon manages to make a success of her new venture, but she has tough competition…

A Lady in Paris
Une Estonienne à Paris
France | 2012 | col | 94 mins | dir. Ilmar Raag, with Jeanne Moreau, Laine Magi, Patrick Pineau | cert. 15 | in French with English subtitles
With tongue-in-cheek charm, A Lady in Paris is an intimate comedic portrait of two very different women. Anne (Laine Mägi) is provincial and comes from Estonia. She is hired to take care of wealthy Frida (Jeanne Moreau) by Frida’s much younger former lover Stéphane. Frida doesn’t want any help from mousey Anne, but Stéphane is desperate for Anne to stay and look after her, even against the old lady’s will. In this conflict of strangers, they find their own ways to come together. A moving and elegant film about age, character, loss, and love.

Un documentaire sur De Funès:

De Funès Forever
France | 2013 | col | 90 mins | dirs. Gregory Monro
and Catherine Benazeth, with Louis de Funès, Jamel Debbouze, Alexandre Astier | doc | cert. tbc | in French with English subtitles
De Funès Forever is the engaging portrait of a multi- talented man whose only wish was « to make adults laugh as much as children. » Louis de Funès not only kept France laughing during his 40-year career but his fan base continues to exist today all over the world. As only
a great comedian can, he had the talent to make people laugh about the serious or the tragic of human life, and even turn those subjects into comedy classics. Known as ‘the man with 40 faces a minute’, Louis de Funès is remembered in this documentary by his collaborators, his family and especially by those comedians, among the most successful today, who were inspired by him to go into comedy.

Jeunesse
France | 2013 | col | 75 mins | dir. Justine Malle, with Esther Garrel, Didier Bezace, Emile Bertherat | cert. tbc in French with English subtitles
From the daughter of legendary French auteur Louis Malle, Youth is an affectionate, sincere and occasionally endearing memoir of the last summer in her father’s life, and a tribute to the French New Wave. This tender feature centres on a slightly fictionalised version of Justine Malle, twenty-year-old Juliette (interpreted by Esther Garrel, daughter of Philippe Garrel and sister of Louis Garrel) who tries to maintain good grades while falling for a selfish intellectual, and is caught up in the woes of youth. As she stumbles on her way to adulthood, her father is diagnosed with a fatal degenerative disease. Though there may be a death at the center of it, Youth is ultimately about finding something to live for.

The Man Who Laughs
L’Homme qui rit
France | 2012 | col | 93 mins | dir. Jean-Pierre Améris, with Gérard Depardieu, Christa Théret, Marc-André Girondin, Emmanuelle Seigner | cert. 15 | in French with English subtitles
From the director of Romantics Anonymous comes a gloriously theatrical adaptation of Victor Hugo’s classic novel, The Man Who Laughs. Gwynplaine has a scar on his face, giving him a kind of permanent smile. Abandoned by the Comprachicos, who had kidnapped and slashed his face a few years earlier, he is taken in by Ursus together with a beautiful blind girl, Déa. They move from village to village, performing a show whose star is the now grown- up Gwynplaine, until they discover that he is the heir to a large and noble family. Giddy with this sudden wealth and the carnal passions of a duchess, he distances himself from the only two people who have ever loved him for what he is.

Love Is in the Air
Amour & turbulences
France | 2013 | col | 96 mins | dir. Alexandre Castagnetti, with Ludivine Sagnier, Nicolas Bedos, Jonathan Cohen cert. U | in French with English subtitles
On her way back from New York to Paris, where she’s soon to be married, Julie finds herself sitting next to Antoine, an attractive cad whom she dated 3 years earlier. She’ll do everything she can to avoid him, whereas he’s counting on the 7-hour flight to win her back! It’s an opportunity for us to travel back in time and witness their encounter, their love affair, their break-up…

french-film-festival

The Other Son
Le Fils de l’autre
France | 2012 | col | 82 mins | dir. Lorraine Lévy, with Jules Sitruk, Mehdi Dehbi, Emmanuelle Devos, Pascal Elbé, Areen Omari, Bruno Podalydès | cert. 15 in French with English subtitles
Lorraine Lévy’s third feature is a moving, emotionally concise human drama
played with warmth and convinction
by a cast including stars Emmanuelle Devos and Pascal Elbé. As he prepares
to join the Israeli army for his national service, Joseph discovers he is not his parents’ biological son, but that he was inadvertently switched at birth with Yassin, the son of a Palestinian family from the West Bank. This revelation turns the lives of these two families upside-down, forcing them to reassess their respective identities, their values and their beliefs.

Tenderness
La Tendresse
France | 2013 | col | 81 mins | dir. Marion Hansel, with Marilyne Canto, Olivier Gourmet, Adrien Jolivet, Sergi Lopez | cert. 15 | in French with English subtitles
Marion Hansel’s delicate and richly sincere road movie is a magnificently mature piece of work driven by thoughtful and engaging performances by Marilyne Canto and Olivier Gourmet. Separated
for 15 years, 50-somethings Frans and Lisa immediately drop everything when they hear news that their son Jack has fractured his leg. They set off for the day-long drive from Brussels. There is little animosity between the two, but as the journey commences, old irritations and habits begin to surface. What do they still feel for one another? Indifference, rancour, jealousy? Or perhaps complicity, friendship… and, who knows, love?

Henri
France | 2013 | col | 103 mins | dir. Yolande Moreau, with Pippo Delbono, Candy Ming, Jackie Berroyer | cert. 15 in French with English subtitles
Popular Belgian actress Yolande Moreau’s Henri was the closing film of the Directors’ Fortnight at Cannes. Henri and his wife Rita run a small restaurant on a side road in Belgium. Henri drinks beer as he works and drinks some more with his friends, under his wife’s disapproving gaze. When Rita dies suddenly of a brain aneurysm, Henri’s life is turned upside down, leaving him all alone to run the restaurant. On
the advice of a friend, he hires Rosette, a handicapped young girl. With her youth, enthusiasm and singular way of seeing the world, she will stir Henri and bring him back to life.
Selection, Director’s Fortnight, Cannes 2013

Novembre est un mois chargé, en plus du French Festival on aura le droit au UK Iranian Festival et au UK Jewish Festival

he Past
France|Iran|2013|col|130mins
dir. Asghar Farhadi, with Bérénice Bejo, Tahar Rahim, Ali Mosaffa | cert. tbc | in French and Persian with English subtitles
Asghar Farhadi returns with this subtle and beautiful new film starring Bérénice Béjo (The Artist) in a performance which won her the Best Actress Award at this year Cannes Festival. Following a four year separation, Ahmad comes back to Paris from Tehran, upon his French wife Marie’s request, in order to finalise their divorce. Ahmad discovers the conflicted nature of Marie’s relationship with her daughter, unveiling soon a secret from their past…

Yaraghi
, with Leila Hatami, Bahareh Rahnama | cert. tbc | in Persian with English subtitles
In part a romantic comedy, Meeting Leila follows a young woman – a perfume tester with an acute sense of smell – who tries to persuade her fiancé, Nader, to quit smoking before their marriage. Kicking this habit proves extremely challenging
for Nader, because he works as an advertising agency’s ‘idea man’, and because he believes smoking has become inextricably linked to his creative thought process. The film takes us through Nader’s gently comical struggles while providimg a charmingly honest look at the compromises and negotiations required in any relationship.

I Am His Wife
Iran | 2012 | col | 100 mins | dir. Mostafa Shayesteh, with Mitra Hajjar, Niki Karimi, Maryam Shirazi | cert. tbc | in Persian with English subtitles
An intense and powerful portrayal of an Iranian family, a very personal exploration of womanhood in post-revolutionary
Iran, this film deals with the trials of a marriage, and at the most basic level, it examines the lived experience of a young and at times unhappy woman. The film centres on this woman’s marriage with
a nose surgeon, a deeply cynical and cantankerous man. Upon discovering his infidelity after twelve years of marriage, she tries to take revenge on the cheating husband by making him jealous of her relationship with her first suitor.

Another Day
Iran | 2011 | col | 97 mins | dir. Hassan Fathi, with Hedieh Tehrani | cert. tbc | in Persian with English subtitles
The loss of 7,000 euros, intended as rent money for the young Siavash and his mother, is a catalyst for charting a day in the lives of intricately linked individuals living in Paris. As the money, contained in a brown envelope, unexpectedly passes briefly through the hands of an array of colourful characters, including an ex heavy weight boxer, an illegal immigrant, a hit man and the young Martha, compelling use for the money is quickly established. The film covers themes of loss, love, loyalty, lost time, revenge and retribution, all potentially solved, at least for the day, by the use of the money to pay debts, bribe, save and take lives, repent and buy time. A thought provoking film, portraying the raw complexities of life.

The Wedlock
Iran | 2013 | col | 82 mins | dir. Rouhollah Hejazi, with Hami Farrokhnejad, Taraneh Alidoosti, Hengameh Ghaziani, Payman Ghasemkhani, Tarlan Parvaneh | cert. tbc in Persian with English subtitles
Thoughtful, compelling and slickly shot, The Wedlock is an exquisite and subtle exploration of marriage in contemporary Iran. Mansoor, Mohadeseh and their fourteen-year-old daughter, Negin, appear to be a normal Iranian urban family,living by traditional values. However,after Mohadeseh’s trendy niece and her husband arrive in a blur of fast cars, cigarettes and Western music to remodel their dated house, the family’s domestic stability is thrown into chaos. It is revealed that nobody is quite as they seem, and both couples must confront the secrets and shames that have been lingering under the surface of their marriages.

Where We Grew Up
Rue Mandar
France | 2012 | col | 95 mins | dir. Idit Cebula, with Sandrine Kiberlain, Richard Berry, Emmanuelle Devos | cert. tbc | in French with English subtitles
Charles, Rosemonde and Emma, a brother and two sisters, find themselves back at their childhood home, in Paris, after meeting up at an incredible funeral. Drama, or farce, ensues, as a family who don’t know how to express their feelings for each other are forced to confront each other again.

Inheritance
Héritage
France/Israel/Turkey/ Palestine | 2012 col | 88 mins | dir. Hiam Abbass, with Hafsia Herzi, Hiam Abbass | cert. tbc | in Arabic, English & Hebrew with English subtitles | UK premiere
This insightful drama offers a unique glimpse into the lives and dilemmas facing today’s Israeli Arabs. Against the backdrop of Israel-Lebanon war, a family living in
an Israeli-Arab village in Northern Galilee gathers to celebrate a family wedding. The youngest daughter’s scandalous revelation that she is in love with an Englishman triggers an internal war that threatens to tear the family apart.

It Happened in Saint-Tropez

Des gens qui s’embrassent
France | 2012 | col | 100 mins | dir. Danièle Thompson, with Monica Bellucci, Eric Elmosnino, Kad Merad | cert. tbc | in French with English subtitles
Unashamedly romantic, this comedy of manners begins with a family wedding and funeral. Roni, a gauche, successful, irreligious diamond dealer who lives
in the present, is the polar opposite to brother Zef, a classical musician, cultured and observant. Bound by their decrepit, elderly father and beautiful daughters, the family experiences fall-outs, fall-ins and fall-overs. Danièle Thompson’s film is a veritable chocolate box of familial complications. Can the brother’s conflicts be resolved, betrayals forgiven and illicit loves let flourish?

The Great Dictator
USA | 1940 | b&w | 125 mins | dir. Charles Chaplin, with Charles Chaplin, Jack Oakie, Reginald Gardiner | cert. U | in English & Esperanto
Charlie Chaplin’s first talkie, made over
a decade after the introduction of sound, stands as a brave and controversial piece of filmmaking. Entering production in 1937, at a time when many Americans saw Hitler as an ally rather than an enemy, the film was first released in 1940, prior to the United States’ entry into the Second World War.
Followed by Charlie Chaplin – From Comedy to Politics, a discussion focusing on The Great Dictator’s political impact across Europe including its influence on French and British cinema.

Sans oublié la programmation pour petits (ça n’empêche pas les grands d’y aller bien au contraire!)

Le conte préféré de mes élèves de theatre:

Les Sorcières by Pierre Gripari
Watch out for the witch from the rue Mouffetard in Paris. Bats, bubbling cauldrons, black cats, old books and magic spells are all set for a time to remember! Grab your broomstick and practice your cackle for a fantastic adventure.
Kids Tale: Sat 12 Oct | 11.00am | Ages 3-5 Baby Tale: Sat 5 Oct, Sat 19 Oct
11.00am | Ages 0-3
45 mins | in (easy) French | £7, members and kids £5, including a glass of juice early reservation recommended

Superbe BO par Emilie Simon :

March of the Penguins
La Marche de l’empereur
France | 2005 | 80 mins | dir. Luc Jacquet cert. U | in English | 6+
This award-winning documentary tells the extraordinary story of Emperor penguins during their annual journey where
they find love, experience dangerous adventures and prove their bravery in one of the most remote parts of the world: the Antarctica.
Sat 26 Oct
11.00am | £5

Un de mes souvenirs d’enfance:

The King & the Mocking bird
Le Roi et l’oiseau
France | 1980 | 83 mins | dir. Paul Grimault | cert. tbc | restored print | in French with English subtitles | 3+
Based on a fairy tale by Hans Christian Andersen and written by Jacques Prévert, the Prix Louis Delluc-winning Le Roi et l’oiseau is regarded as a masterpiece
of French animation. The hated king is in love with the painting of a beautiful shepherdess, but when she runs away with the chimney sweep from another painting, a wild chase across frames ensues…

A noter aussi le Kids Festival du 18 au 24 Novembre

Plein de belles choses à voir ou à revoir! Pour réserver c’est ici

Ciné Lumière
17 Queensberry Place
Métro South Kensington

Rentrez dans le monde de Brecht: In the Jungle of the Cities Arcola Theatre

In the Jungle of the Cities de  Bertolt Brecht mise en scène Peter Stürm au Arcola theatre jusqu’au 5 Octobre

 

Dans une ville, (chez Brecht , nous sommes à Chicago dans les années 20), un homme d’affaire un certain Shlink , achète ce qui à priori n’est pas à vendre, l’opinion littéraire d’un jeune employé de bibliothèque, Garga. 1er tournant de la pièce, ils vont tour à tour échanger les rôles durant ces deux heures de spectacles.  Garga mordra à pleine poussière pouvoir et déchéance alors que Shlink connaitra humiliation et soumission. Métaphore du grand capitalisme, Brecht signe là une pièce forte, remuante et pensante.

 Image

 

Brech écrit lui même que la pièce est un combat entre deux êtres humains, c’est le déclin d’une famille venue de la savane jusque dans la jungle de la grande ville.  

 

La mise en scène de Peter Stürm nous propulse dans ce chaos urbain, sale et grinçant.  La salle du Arcola Theatre est tellement propice à la pièce qu’on a l’impression de rentrer littéralement dans le texte de Brecht. Attention, il n’est pourtant pas si simple d’adhérer au texte qui mélange concept métaphysique et contradictions.

 

On prend donc place dans la salle sur les sièges entourant le plateau de jeu, comme des spectateurs venant voir un match de boxe. Le maitre de cérémonie (Joseph Adelakun) nous promet une rencontre exceptionnelle entre nos deux hommes qui vont combattre jusqu’à la mort, or il n’en sera rien ! Chaque scène est ainsi introduite, on nous indique le lieu et l’heure de l’action qui va se dérouler sous nos yeux. Cette notion naturaliste est propre à Brecht qui aimait annoncer au public ce qui allait suivre.

 

Finalement, le combat est seulement effleuré, annoncé mais jamais mis en scène. Les personnages sont près, ils s’entrainent mais le combat n’aura jamais lieu. Le théâtre de Brecht c’est le théâtre du non-conflit mais également de la contradiction. Contradiction entre les personnages qui tour à tour deviennent dominants ou dominés. Un jour Garga est seul dans cette bibliothèque, son existence est minable, son emploi ne vaut rien et sa fiancée préfère une bande de voyou à un amour fantasmé. Et en une seule phrase, il va devenir puissant, très puissant, ces voyous deviennent ses sbires et il peut enfin payer des meubles à ces parents ! Ici le matérialisme est important, les rêves et les fantasmes n’ont pas de place et la plus part des personnages qui ont eu fois rêver et aimer sont voués à l’échec et à la déchéance.

 

Stürm utilise magnifiquement l’espèce de jeu. Toutes les parties de la salle sont mises en valeur, la mezzanine sera l’hôtel de china town, la sortie de secours, elle,  la porte d’entrée sur le monde extérieur, sur sa pauvreté et ses faiblesses aussi. Petit bémol cependant, j’aurai aimé une mise en scène plus dynamique, que les acteurs soient vu par tout le monde et qu’ils ne me tournent moins le dos. Les scènes s’enchainement dans un chaos maitrisé et articulé par une bande son discordante.

 

On notera le sans faute de TOUS les comédiens ! Pas un moins bien que l’autre, ils sont justes et précis. Joseph Arkley est un Garga fou et désesperé mais aussi déterminé et envouté. Jeffrey Kissoon est criant de sincérité en un Shlink dégoulinant de peur. Stephen O’Toole joue le père, cet homme qui a perdu toute dignité devant sa famille et qui est près à tout pour de l’argent. Les trois comédiennes (Mia Austen, Rebecca Brewer et Helen Sheals) essayent de survivre dans ce monde où la femme subit les décisions des hommes, un monde où la femme est aussi un meuble qu’on choisit de déplacer ou non.  Quand aux hommes de mains (Alex Britton, Jurgen Schwarz et Michael Walters) ils remplissent avec brio leur mission de parasites sans scrupule et forme un trio qui me rappelle les chœurs antiques.

 

In the Jungle of The Cities n’est ni une mauvaise ni une exceptionnelle production qui traduit très bien le message de Brecht. C’est à dire l’envie de faire réfléchir la société sur justement la société. Dans les rouages de la cité, personne n’a un seul visage, nous portons tous des masques et nos ambitions sont au premier plan de notre existence.

 

Infos : Jusqu’au 5 octobre de £14 à £18 Arcola Overground Dalston 

 

 

Bon Plan du Jour: Lilly Wood and The Prick Ce Lundi au Hoxton Bar!

Le groupe « frenchie »Lilly Wood and The Prick est en concert Lundi 23 Septembre au Hoxton Bar (Shoreditch)Image

Une musique alternative , un brin kitch années 80 mais finalement dans l’air du temps nous fera danser toute la soirée! Je mettrais sûrement mon tutu pour faire genre! 🙂

C’est pas une géniale nouvelle ça!?? Tu vas pouvoir sortir tes chemises à carreaux et tes grosses lunettes même que tes verres sont des faux ! Soirée hipster mais cool en vue! Aller zou, tu réserves et en plus c’est £10 avec les frais! 

 

The Hoxton Square Bar and Kitchen

 
2-4 Hoxton Square
London, Greater London N1 6NU
020 7613 0709