Huis clos ou Big Brother vu par Sartre

Je n’avais pas relu la pièce depuis plusieurs années c’est donc avec quelques souvenirs d’adolescente que je suis allée voir HUIS CLOS de Jean Paul Sartre au Curtain’s Up Pub à Barons Court.

Planqué au sous sol d’un Pub, la salle ressemble plus à une cave qu’à une salle de Theatre. Mais ce choix n’en est pas un mauvais. Huis clos, comme son titre l’indique, se passe entre 4 murs. 4 murs ou se retrouvent 3 personnages après être mort. Garcin, Estelle et Inès sont condamnés à rester ensemble entre ces 4 murs pour l’éternité.

A priori cet homme et ces deux femmes n’ont rien en commun, alors pourquoi sont-ils donc réunis ?

Ce Huis Clos monte en puissance, comme les battements du cœur subissant une crise d’angoisse. Petit à petit on se sent oppressé, on a du mal à supporter les propos de ces êtres qui nous montrent leur cruauté, leur méchanceté mais aussi leur fragilité.

Oui parce qu’en fait, Huis clos c’est seulement une histoire d’hommes et de femmes qui ne peuvent plus se supporter. Mon amie Justine compare la pièce écrite en 1943 au reality show The Big Brother. En plaçant dans un endroit clos 3 personnes, Sartre étudie les réactions et comportements qu’ils ont les uns envers les  autres.  Les producteurs de Big Brother n’ont franchement rien inventé !

J’aimerai soulever la prestation des acteurs qui dans l’ensemble s’en sont très bien sortis. Mention spéciale à David Furlong (suis-je vraiment objective ? 🙂 ) qui interprète un Garcin tout en nuances. Il interprète ce journaliste pacifiste qui, sous ses faux airs de héros, cache une réelle perversion envers sa femme. David Furlong passe par toutes les palettes des émotions, on découvre un Garcin effrayé, autoritaire, lâche, passionné…. On ressent tellement de choses envers cet homme qu’il nous est impossible de le détester. Peut être parce qu’en contraste les deux femmes nous apparaissent tellement détestables, tellement horribles. Je me demande si c’est le fait d’être une femme qui m’empêche d’aimer ces deux là. Elles réussissent à réduire la femme à un simple objet. On a du mal à s’attacher, à les prendre en pitié.

J’ai trouvé dommage que les deux actrices (Claire Meade et Patricia Morejon) en fassent soit trop soit pas assez. Pour moi il manquait toujours le petit truc qui fait que…

Je ne peux parler des acteurs sans noter la tres sympathique prestation de Cedric Maruani dans le rôle du garçon.  Simple, direct et efficace, Cédric assure dans ce rôle de « passeur ».

Mais si je me suis sentie si dérangée et inconfortable que pour moi le pari est réussi. Huis clos ne laisse pas indifférent et c’est ce que Sartre aurait voulu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s